Articles
Biologie et écologie

Réponse à la sécheresse de conifères indigènes et exotiques : une étude dendroécologique

Résumé

Dans le cadre des changements climatiques, une meilleure connaissance de la réponse à la sécheresse des arbres forestiers est un enjeu important pour les gestionnaires qui se posent de plus en plus de questions sur le choix des essences à favoriser dans un contexte environnemental incertain. En 2013, Mathieu Lévesque a réalisé une thèse en Suisse portant sur la réponse à la sécheresse de 5 espèces résineuses indigènes et exotiques le long d’un gradient climatique couvrant le versant nord des Alpes suisses, le Plateau suisse, les contreforts du Jura et les Alpes centrales. Mathieu Lévesque a analysé la réponse au climat à travers les variations de la croissance radiale (approche dendroécologique) mais également en utilisant des paramètres de réponse à la sécheresse plus fonctionnels comme la discrimination isotopique du carbone ou de l’oxygène. L’intérêt de ce travail est non seulement l’emprise très large de l’étude mais également l’association de paramètres de réponse très différents mais complémentaires permettant de nourrir les réflexions des forestiers quant aux essences à favoriser. Ce travail a été publié en anglais dans plusieurs revues internationales. Il vient d’être également publié dans le Journal forestier suisse (2015, vol. 166, n° 6, pp. 327-379) et c’est suite à cette publication de synthèse que nous avons souhaité porter à connaissance ces résultats auprès des lecteurs de la Revue forestière française.

Abstract

The sensitivity to drought of five conifers was studied along a climatic gradient covering the north of the Swiss Alps, the Swiss Plateau, the Jura foothills and the central Alps. Three native species, i.e., Norway spruce, Scots pine and European larch, and two non-native species, i.e., Douglas-fir and black pine were analysed. A total of 770 trees on 14 sites were sampled. To assess the sensitivity of conifers to drought, tree-rings formed in the period 1941-2006 were analysed. On dry sites in the Central Alps, spring water deficits sharply reduce growth while on mesic sites located on the Swiss Plateau and the Jura foothills summer droughts significantly restrict growth. Spruce, larch and Scots pine are the most vulnerable species to extreme droughts, which implies that their long-term performance and survival may be compromised if the climate becomes warmer and drier. Conversely, black pine and Douglas-fir were less drought sensitive and grew faster than native species along the gradient. Selecting species with different but complementary strategies regarding drought could secure the productivity and efficiency of water use of forest stands and increase their resistance to climate change.

Auteurs


Mathieu Lévesque

Pays : Switzerland


Andreas Rigling

Pays : Switzerland


Peter Brang

Pays : Switzerland

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 148

Téléchargements

PDF: 67

Citations