Articles
Histoire et territoires

Les ginkgos de Bordeaux

Résumé

Originaire du sud-est de l’Asie où il est vénéré pour sa longévité, ses particularités physiologiques, son statut de « fossile » et ses qualités pharmaceutiques, le ginkgo a été décrit par Kaempfer avant son introduction en Europe en 1727, un demi-siècle plus tard en France. Son arrivée dans le sud-ouest de la France se situe au début du XIXe siècle. À Bordeaux, il est planté dans le jardin de l’archevêque et au Jardin public, à proximité du siège des sociétés savantes. L’usage du ginkgo permettra d’embellir les abords de l’église Saint- Bruno comme de l’abbaye Saint-Michel. Comme il manquait une dimension émotionnelle à cet arbre extraordinaire, nos contemporains voient en lui l’arbre du martyre d’Hiroshima et l’honorent comme arbre de l’an 2000.

Abstract

Gingkoes originate from south-east Asia where they are venerated for their longevity, physiological specificities, their status as « fossils » and their pharmaceutical properties. The Ginkgo tree was described by Kaempfer prior to its introduction in Europe in 1727, and half a century later in France. It reached south-western France at the beginning of the 19th century. In Bordeaux, it was planted in the Archbishop’s garden and the pubic garden, close to the headquarters of the learned societies. Ginkgo trees were used to embellish the surroundings of the Church of Saint Bruno and the Saint-Michel Abbey. Because an emotional dimension was lacking in this extraordinary tree, our contemporaries see it as the symbol of the Hiroshima martyrdom and honour it as the tree of the year 2000.

Auteurs


Jean-François Larché

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 80

Téléchargements

PDF: 12

Citations