Articles
Partie 2 : Forêts et maladies humaines

Épidémiologie de la borréliose de Lyme en France : entre incertitudes et certitudes

Résumé

Les données épidémiologiques des infections transmises par les tiques, en particulier celles concernant la borréliose de Lyme, sont hétérogènes tant qualitativement que quantitativement. La borréliose de Lyme est une zoonose transmise par les tiques du genre Ixodes ricinus. Après piqûre de tique, le risque de transmission d’un agent infectieux reste faible, le plus souvent représenté par Borrelia burgdorferi sensu lato ;des autres infections de l’homme par plusieurs agents infectieux variés (bactériens, viraux ou parasitaires) voire des coïnfections sont possibles mais a priori rares. À côté des pathogènes connus, de nouvelles espèces ou genres de micro-organismes sont régulièrement décrits dans les tiques, mais on manque de données sur la compétence vectorielle d’I. ricinus pour ces nouveaux agents infectieux, pour pouvoir conclure sur leur éventuelle pathogénicité en médecine humaine, qui n’est pas décrite ou n’est pas encore établie à ce jour. La pré-sentation clinique de la borréliose de Lyme est variée, avec des formes localisées et disséminées survenant à distance de la piqûre de tique, rendant son diagnostic parfois difficile. L’évolution naturelle de la borréliose en l’absence de traitement est peu connue ; cependant quelques études historiques semblent rassurantes avec une guérison spontanée possible et des séquelles paraissant plutôt mineures. Le diagnostic des formes disséminées nécessite des examens paracliniques, avec en premier lieu la sérologie, dont la sensibilité augmente avec le temps d’évolution de la borréliose ; cela est d’autant plus utile que les formes disséminées sont de diagnostic clinique plus difficile. Après antibiothérapie, l’évolution clinique est bonne, les séquelles restent possibles en particulier en cas de retard diagnostic ou de forme disséminée tardive ; leur fréquence reste toutefois méconnue.

Abstract

Epidemiological evidence for tick-borne infections, particularly those related to Lyme borreliosis, is heteroge-neous. Lyme borreliosis is a tick-born zoonosis transmitted by ticks of the genus Ixodes ricinus. After tick bite, the risk of transmission of an infectious agent remains low, most often represented by Borrelia burgdor-feri sensu lato; co-infections in Humans by several different infectious agents (bacterial, viral or parasitic) are possible but a priori rare. In addition, besides well-known tick-borne pathogens, new species or gender of micro-organisms are regularly described in ticks but their pathogenicity in human pathology is not described or not yet established. The clinical presentation of Lyme borreliosis is varied, with localized and dissemina-ted forms occurring long ago after tick bite, making diagnosis sometimes difficult. The natural course of Lyme borreliosis is insufficiently known because of recommendations of antibiotherapy in case of illness; however, some historical studies seem reassuring with possible spontaneous healing and seemingly minor sequelae. The diagnosis of disseminated forms requires paraclinical examinations, in first place serology, whose sensitivity increases with time of evolution of borreliosis; this is all the more interesting as the disseminated forms are of more difficult clinical diagnosis. After antibiotherapy, the clinical course is good, the sequelae remain possible especially in case of late diagnosis or late disseminated form; however, their frequency remains unknown.

Auteurs


Timothée Klopfenstein

Pays : France


Benoît Jaulhac

Pays : France


Thierry Blanchon

Pays : France


Yves Hansmann

Pays : France


Catherine Chirouze

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 20

Téléchargements

PDF: 13

Citations