Articles
Politiques et institutions

Former des cadres en sciences et ingénierie forestières pour l’après 2025

Résumé

AgroParisTech en charge de la formation d’ingénieurs forestiers a mobilisé un comité d’experts, pour une analyse prospective des métiers et des compétences des cadres forestiers, au regard des formations existantes. L’analyse propose une liste complète de métiers et une cartographie des employeurs, pointe les tendances lourdes et fait des propositions. Le cadre forestier de demain sait gérer dans un contexte climatique et socioéconomique incertain, penser les organisations logistiques et commerciales de nouveaux marchés du bois et des services écosystémiques, répondre aux attentes sociétales multiples et changeantes. Il sait intégrer la forêt dans des enjeux multiples du changement global et des territoires. Il mobilise des connaissances générales (écologie, économie…) pour conceptualiser les démarches empiriques et concevoir des innovations de rupture, en s’appuyant sur des compétences spécialisées opérationnelles, notamment en économie de la forêt, bien maîtrisées et acquises au contact des acteurs et des milieux. Il doit sortir du trop technique, avoir une vision stratégique et commerciale…, et surtout il doit savoir apprendre par lui-même.

Abstract

AgroParisTech in charge of education for forest managers has formed a committee of experts with the remit of performing a forward-looking study of the professions and qualifications of forest managers, by comparison with current educational programmes. The study proposes a complete list of professions and mapping of employers, points to strong trends and offers suggestions. Forest managers in the future must be capable of managing in an uncertain climatic an socio-economic context. They should be able to devise the logistic and business organisation of new timber markets and of ecosystem services, meet the public’s diverse and variable expectations. They must know how to integrate forests into the multiple implications of climate change both globally and on a territorial scale. They must call on general knowledge (ecology, economics, etc.) to conceptualize empirical approaches and design disruptive innovations relying on fully mastered specialised operational qualifications, in particular in forest economics learnt through contact with actors and environments. They must go beyond the purely technical to embrace a strategic and business-oriented vision. Moreover, they must be capable of self-learning.

Auteurs


Mériem Fournier

Identifiant ORCID

Pays : France


Fabienne Maroille

Pays : France


Jean-Luc Peyron

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 16

Téléchargements

PDF: 7