Articles
Biologie et écologie

Le blaireau européen (Meles meles L.). Synthèse des connaissances européennes. Partie 2 : groupes familiaux, dynamiques des populations et domaines vitaux

Résumé

Cet article présente une synthèse des connaissances européennes sur les groupes familiaux, la dynamique des populations et les domaines vitaux. Le cycle de reproduction des blairelles est complexe avec un processus d’implantation différée des ovocytes. Le pic majeur de reproduction a lieu en hiver (janvier-février) après la mise bas des jeunes issus des accouplements précédents. Seulement environ 30 % des femelles se reproduisent tous les ans (femelles dominantes en bonne santé). Le nombre de blaireautins dans une portée varie en moyenne de 1 à 3 mais la mortalité avant un an est forte souvent autour de 50 %. En Europe, la densité moyenne des blaireaux est de 1,8 ± 2,3 individus (adultes et jeunes) au km2 (4,7 en considérant les fortes densités anglaises). Cependant, des densités nettement plus faibles de l’ordre de 1 blaireau par 10 km2 sont souvent observées en Europe de l’Est. La taille des groupes familiaux est de 3,8 ± 1,2 individus (avec 2,6 ± 1 adultes) avec des variations assez faibles entre les pays (4,6 ± 2,1 individus avec les données anglaises). Le domaine vital varie fortement selon le sexe et la saison. Il est plus grand pour les mâles. Il est minimal en hiver pour les deux sexes mais plus grand en été pour les femelles. Il varie également très fortement selon la densité des animaux au km2. Ainsi, les domaines vitaux les plus grands (> 500 ha) sont observés dans les zones de plus faibles densités d’animaux (1 à 2 individus aux 10 km2) sous climat contraignant et dans les contextes de moindres ressources alimentaires (Europe de l’Est et contexte méditerranéen). Dans les zones plus favorables en contexte océanique tempéré, le domaine vital est nettement plus petit (< 100 ha) avec des densités d’animaux souvent supérieurs à 2 ou 3 individus au km2.

Abstract

This article presents a review of knowledge in Europe about badger family groups, population dynamics and home ranges. The reproductive cycle of female badgers is complex, involving delayed implantation of oocytes. The peak reproduction time is in winter (January, February), once the cubs arising from previous matings are born. Only roughly 30% of females breed every year (dominant sows in good health). The number of cubs per litter varies on average between 1 and 3 but mortality in the first year is very high, in the region of 50%. In Europe, the mean density of badgers is 1.8 ± 2.3 individuals (adults and juveniles) per km2 (4.7 if the high densities observed in Britain are taken into account). However, far lower densities of the order of 1 badger per 10 km2 are often recorded in Eastern Europe. The size of family groups is 3.8 ± 1.2 individuals (with 2.6 ± 1 adults) and is fairly invariable from one country to the next (4.6 ± 2.1 individuals, taking into account data for Britain). Home ranges vary considerably according to the gender and the season. It is larger for males and minimal for both sexes in winter, but larger for females in the summer. It too varies considerably depending on the population density per km2. Hence, the larges home ranges (> 500 ha) are found in the areas where the animal density is at its lowest (1 to 2 individuals per 10 km2), where the climate is adverse and in environments where food resources are scarce (Eastern Europe and Mediterranean environment). In more favorable areas with a temperate oceanic climate, the home range is far smaller (< 100 ha) with animal densities often in excess of 2 or 3 individuals per km2.

Auteurs


François Lebourgeois

https://orcid.org/0000-0002-2040-6150

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 301

Téléchargements

PDF: 83

Citations